J. S. Bach (1685-1750) Actus tragicus


Bach n'a que 22 ans lorsqu'il écrit l’Actus tragicus, cantate BWV 106 "Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit", une musique funèbre. Si l'on ne sait pas exactement pour quelle circonstance il l’a composée, en 1707 ou 1708, ce qui est certain c'est qu'à son âge il a déjà été confronté de nombreuses fois à la mort : il a à peine dix ans quand il perd en l'espace de neuf mois sa mère puis son père. Il part alors vivre avec son frère aîné Johann Christoph. La mort de son oncle maternel lui laisse un bel héritage qui lui permet d'épouser la femme qu'il aime, sa cousine Maria Barba- ra. Elle lui donne rapidement sept enfants, mais trois meurent en bas âge. À 35 ans, il se trouve veuf avec quatre enfants. L'année suivante, il épousera une cantatrice de la cour, Anna Magdalena, qui lui donnera treize enfants, dont plusieurs mourront également en bas âge. À cette époque, la mortalité infantile est très importante, mais cela n'enlève rien à la souffrance des parents. Le réconfort, Bach le trouve dans la religion luthérienne et dans sa foi en un Dieu juste et sage.

Le texte de cette cantate développe une méditation sur la mort: la transformation de la mort-punition de l’Ancien Testament en mort-espoir du croyant par la grâce du Christ. L’effectif instrumental d’origine, deux flûtes à bec, deux violes de gambe et continuo, induit un climat d’intimité, de méditation et de sérénité conquise face à la mort, en conformité avec l’esprit de ce «Requiem allemand».

Notes d’après Guide de la Musique sacrée et chorale profane, éd. Fayard, CDs Archiv 463 581-2

Retour Saison 13-14