J. S. Bach (1685.1750) Magnificat BWV 243


On lit dans St Luc (1, 39-56) qu’après l'Annonciation, Marie rendit visite à Élisabeth et que celle-ci la qualifia de «femme bénie entre toutes les femmes». Marie répondit alors par un joyeux chant de reconnaissance que l’Évangile rapporte et que l’on intitule Magnificat, du premier mot de sa traduction latine. La poésie exalte à la fois l’humilité de Marie et la miséricorde de Dieu envers la Vierge et envers le peuple d’Israël.

L’Allemagne luthérienne connaissait et utilisait le cantique de Marie sous deux formes : 1) une traduction en allemand —
Meine Seele erhebet den Herrn — qui se chantait à Vêpres le samedi et le dimanche; 2) la version latine que les autorités de Leipzig autorisaient, mais uniquement lors des trois plus grandes fêtes de l’année liturgique, Noël, Pâques et Pentecôte.

Le Magnificat, la plus populaire des oeuvres vocales de Bach, fut ainsi créée le jour de Noël 1723, le premier qu’il passa à Leipzig.


Notes d’après
Guide de la Musique sacrée et chorale profane, éd. Fayard



Retour
Saison 10-11