Johannes Brahms (1833 - 1897)


Initié à la musique d'abord par son père, lui-même musicien, il étudie le piano et, encore jeune adolescent, donne déjà des leçons et devient pianiste de cabaret. À vingt ans, il découvre les mélodies populaires hongroises et tziganes. Familier des Schumann, il se plonge dans la bibliothèque de Robert et se passionne pour la musique vocale de la Renaissance et de l'ère baroque. Les œuvres pour la voix, lieder, chœurs a cappella ou avec accompagnement, forment d'ailleurs une part importante de sa production tout au long de sa vie.
En 1859, devenu chef de chœur à Hambourg, il écrit pour son «Frauenchor» une dizaine de numéros d'opus en un an, dont les
Vier Gesänge pour voix de femmes avec accompagnement de deux cors et harpe op. 17, dont il dirige lui-même la création le 15 janvier 1861. Ce petit cycle est d'un ton hautement romantique, d'une part par l'utilisation des cors, instruments romantiques par excellence, d'autre part par les textes qui exploitent le thème de l'amour et de la mort, venant pour deux d'entre eux de figures mythiques du romantisme allemand : Shakespeare et Ossian. Les trois premiers chants, relativement courts, sont strophiques, le quatrième, plus développé, est «durchkomponiert», bâti sur une structure en arche.

Notes d’après Guide de la Musique sacrée et chorale profane, éd. Fayard, livret de CD : Brahms: Choral Works, Decca


Retour
Saison 13-14