Frank Martin (1890-1974)


Si la Messe à double choeur a cappella est une oeuvre de jeunesse, puisqu'écrite entre 1922 et 1926 pour l'Agnus Dei, la cantate Et la Vie l'emporta est la dernière composition de Frank Martin. La messe est restée plus de vingt ans inconnue du public, car il considérait que ce qui relevait de sa foi «était une affaire entre Dieu et lui». La cantate, quant à elle, résulte d'une commande de la firme pharmaceutique Zyma pour célébrer son 75e anniversaire. La perspective que l'oeuvre soit créée par l'ensemble vocal et instrumental de Michel Corboz incita Frank Martin à accepter cette commande.

D'abord retardée par d'autres travaux, la composition fut encore interrompue par de graves problèmes de santé. Lorsque Frank Martin mourut en novembre 1974, l'orchestration n'était pas entièrement achevée. C'est son ami et disciple Bernard Reichel qui la compléta, d'après des esquisses très complètes.

Et la Vie l'emporta est donc la dernière oeuvre de l'auteur. C'est une cantate de chambre pour contralto et baryton solistes, petit choeur mixte et un ensemble instrumental qui s'apparente à l'effectif d'une cantate de Bach.

L'oeuvre se divise en trois parties. La première,
Imploration, met en musique un beau poème de Maurice Zundel, sur le thème de la souffrance causée par la maladie, particulièrement proche des préoccupations de santé du compositeur.

Après cette première partie lente et méditative, Frank Martin sent que la suite, par contraste, demande un mouvement rapide, vif, violent. Cette partie centrale de la cantate,
Combat, est particulièrement originale. Frank Martin utilise le texte du fameux choral de Luther, sur le combat de la vie et de la mort. Il le fait déclamer par le baryton solo, sans accompagnement. Puis il fait dialoguer les instruments entre eux pour évoquer le combat entre la Vie (violons, flûte, orgue et harpe) et la Mort (altos, violoncelles, contrebasse et clavecin).

La troisième partie,
Offrande, écrite sur un admirable poème mystique, proclame la victoire définitive de l'Esprit sur les forces de mort. Et la cantate s'achève dans la sérénité sur les paroles : «Que pour vous, aujourd'hui, demain et à jamais, le jour se lève et les ombres s'effacent …»



Retour
Saison 98-99