Felix Mendelssohn (1809-1847)


On associe en général le nom de Mendelssohn au Songe d’une Nuit d’Été et à son Ouverture qu’il écrivit à l’âge de 15 ans, à quelques oeuvres symphoniques, des ouvertures et un concerto pour violon. Or la musique religieuse représente la part la plus importante de son oeuvre, et il y porta un soin tout particulier. Elle a cependant été longtemps négligée. Le premier enregistrement des Psaumes 115, 95 et 42 date de 1972 et a été réalisé au Victoria Hall par le Choeur Universitaire de Genève sous la direction de Chen Liang-Sheng !

La famille Mendelssohn, d’origine juive, se convertit au christianisme et le jeune Felix est baptisé à l’âge de sept ans. Il est profondément chrétien – chrétien dans sa croyance, ses oeuvres, sa pratique de la justice et de la charité. Sa foi est profonde et sincère et transparaît au travers de sa musique, calme et pure, sans excès de mysticisme. Sa correspondance révèle souvent un besoin intérieur d’écrire de la musique religieuse : «J’ai écrit des pièces sacrées seulement parce que j’en sentais le besoin, juste comme une impulsion irrésistible fait lire un certain livre – fût-ce la Bible – et qu’on éprouve de la joie en le lisant».

Au cours de sa formation musicale à Berlin, il découvre les oeuvres de Bach et de Haendel, pratiquement oubliés depuis leur mort, et en est impressionné. À 20 ans, il ressuscite la
Passion selon saint Matthieu en la dirigeant à Berlin.

La musique religieuse de Mendelssohn – psaumes, oratorios comme
Elias ou Paulus – est avant tout destinée à la salle de concert, peu d’oeuvres sont destinées au culte.

Psaume 115, «Non nobis Domine»


En novembre 1830, Mendelssohn s’installe à Rome pour y passer l’hiver. Il écrit à sa famille : « Je suis dans une disposition d’esprit si calme, si gaie et si grave en même temps que je ne puis vous en donner une idée… Figurez-vous, au n° 5 de la Place d’Espagne, une petite maison à deux fenêtres qui a le soleil toute la journée, avec au premier étage une chambre où se trouve un bon piano à queue de Vienne, sur la table quelques portraits de Palestrina, d’Allegri, etc., avec leurs partitions et un psautier latin pour composer le Non nobis. C’est là que je réside actuellement.». Et il explique à sa soeur bien-aimée : «Chère Fanny, le cadeau que j’ai préparé pour ton anniversaire cette année est un psaume pour choeur et orchestre Non nobis, Domine. Tu en connais déjà le début. Il s’y trouve un aria avec une belle conclusion et j’espère que tu aimeras le dernier choeur.» Ce Psaume, composé sur la Vulgate, est donc écrit d’abord en latin. C’est cette version latine qui a été chantée; elle n’avait jamais été donnée à Genève. En 1835, Mendelssohn lui-même fit la traduction allemande du texte pour la publication chez l’éditeur Simrock.

Psaume 95, «Kommt, lasst uns anbeten»


Ce psaume fut composé en trois étapes. Mendelssohn commença à y travailler en avril 1838 et l’offrit à l’éditeur Kistner en 1839. Mais il passa encore trois ans à «purger ce vieux levain» avant d’en être satisfait.

Psaume 42, «Wie der Hirsch schreit»


En mars 1837, Mendelssohn épouse Cécile Jeanrenaud, la ravissante fille d’un pasteur huguenot de Francfort. C’est au cours de son voyage de noces qu’il compose les trois premiers mouvements de cette oeuvre. Il en ajoute encore quatre peu après. Le choix de ce Psaume – l’appel au secours d’une âme désespérée, assoiffée de Dieu – peut surprendre chez un jeune marié. Il s’agit, en réalité, d’un présent religieux offert à sa jeune épouse. Mendelssohn lui-même avait une excellente opinion de cette oeuvre : «C’est le meilleur morceau de ce genre que j’aie écrit.». Il avait des idées très précises sur la façon dont il voulait qu’on l'interprète , et il s’irritait lorsqu’on la chantait et la jouait «sans finesse» dans un concert «car aucune de mes oeuvres ne me rend plus furieux quand je l’entends mal jouer, et il n’y en a aucune qui demande à être jouée avec plus de délicatesse.».


Notes d’après Guide de la Musique sacrée et chorale profane, éd. Fayard et plusieurs notices de CD (Erato, Gallo, harmonia mundi, …)


Retour Saison 12-13