J. H. Roman (1694-1758) Svenska Messan


À part Edvard Grieg le Norvégien, Jean Sibelius le Finlandais et Carl Nielsen le Danois, tous nés au XIXe siècle, nous connaissons peu les compositeurs scandinaves. Voici donc un compositeur baroque suédois.

Johan Helmich Roman est né à Stockholm en 1694. Surnommé Den svenska musikens fader ("le père de la musique suédoise »), enfant prodige, il est violoniste dans l'Orchestre royal dès l'âge de seize ans. À vingt ans, il part étudier en Angleterre, probablement avec une bourse de la reine Ulrika Eleonora. Il y rencontre Ariosti, Buononcini et Geminiani et achève sa formation avec le théoricien allemand Pepusch. Haendel lui-même a une haute opinion du jeune hautboïste et violoniste virtuose. Sa renommée s'étend loin à la ronde, si bien qu'il est rappelé dans son pays pour y diriger l'Orchestre royal de Suède, poste qu'il occupe jusqu'en 1735. Pendant les deux années suivantes, il voyage à travers l'Europe (Angleterre, France, Italie, Autriche et Allemagne). Au cours de ce périple, il s'imprègne de la musique des différents pays visités pour l'introduire en Suède, en particulier les œuvres de Haendel.
À partir de 1740, affecté par la mort de sa seconde épouse et de sa protectrice la reine Ulrika Eleonora et sa santé déclinant, il se retire dans le sud du pays, où il continue de composer jusqu'à sa mort en 1758.
Son œuvre est importante, près de 400 numéros, principalement de la musique instrumentale, inspirée par celle de Haendel : «sinfonie», «concerti» pour violon, pour hautbois, «sonate» pour divers instruments et une monumentale suite pour orchestre en 24 mouvements,
Drottningholmsmusiken, écrite en 1744 pour le mariage du roi de Suède. Dans le domaine vocal, peu attiré par l'opéra, il s'est surtout consacré à la musique religieuse.

La
Svenska Messan est une messe de concert, avec solistes, chœur mixte et orchestre. Comme messe luthérienne, elle ne comprend pas toutes les parties de la messe catholique; après un bref Kyrie, le Gloria est largement développé, le tout chanté, comme il se doit, dans la langue de la communauté, donc en suédois.


Notes d’après
Dictionnaire de la Musique, éd. Larousse.


Retour
Saison 16-17