Christophe Sturzenegger (*1976) — Anakrôn VI


Né dans une famille de musiciens, Christophe Sturzenegger est à la fois corniste, pianiste et compositeur. Titulaire d'un premier prix de virtuosité de cor (chez B. Schneider) et de piano (chez M. Pantillon), il devient à 22 ans cor solo de l'Orchestre suisse des jeunes et le premier corniste suisse à être appelé, sur concours, à intégrer le Gustav Mahler Jugend Orchester. Par la suite, on le retrouve à l'Académie de l'Opéra de Zurich et enfin au Sinfonieorchester de Bâle. Durant ces années d'orchestre, il a la chance de côtoyer les plus grands chefs dont Abbado, Marriner, Levine, Boulez ... Depuis 2004, il mène une carrière de « free-lance » et de chambriste avec plusieurs formations, dont le Duo Sforzando et le Geneva Brass Quintet, et se produit dans des festivals en Europe, Japon, Colombie, Canada, Afrique du Sud, Mexique, Chine ... Demi-finaliste du concours international de Trévoux, il est lauréat de nombreux prix et concours: CNEM, Göhner-Migros, Friedl Wald, Kiefer Hablitzel, Jeunesses Musicales, Dumont, ou Neumann. Professeur au Conservatoire Supérieur de Musique de Genève (HEM), il a sorti plusieurs disques (Gallo, Media Sound Art)

Ce qu'il dit de son oeuvre
"Anakrôn Vl : Pour choeur mixte, soprano solo et quintette de cuivres»

Commande 2015 de la Psallette,
Anakrôn VI a été composé sur des textes bibliques, en latin. Le livre du Cantique des Cantiques a toujours été pour moi un des plus beaux livres de la Bible, et comme il me fallait choisir un texte tiré du Livre, je n'ai pas hésite une seconde. La pièce est divisée en 3 parties. Les parties extrêmes sont pour choeur et quintette de cuivres, tandis que la partie centrale est chantée par une soprano solo. Le début relativement sombre évoque la recherche de l'être aimé, disparu par le passé. Ce dernier est retrouvé lors de l'intermède avec soprano. La dernière partie, avec une certaine allégresse, se réjouit des retrouvailles.


Retour Saison 14-15